En 1993, un raid Sabbat/Garou sur la ville est venu faucher plusieurs des ''Elders'' de la ville. Nous sommes vingts plus tard et la ville se reconstruit toujours. Il y a logiquement de la place pour tout le monde...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope

Aller en bas 
AuteurMessage
Mnémonia
Admin
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Mar 11 Juin - 1:24

Pénélope Ducharme
Lun 26 Nov 2012 - 2:07



Pénélope était assise dans son fauteuil près de la fenêtre et observait sans un mot Amber, qui s'affairait telle une fourmi au secrétaire à l'autre bout de son luxueux loft new yorkais. Des fenêtres émanait une lueur diffuse rappelant une aube claire filtrée par des rideaux plein jour. La pièce unique très vaste était divisée par des voiles vaporeux qui simulent des murs pour délimiter les pièces: le salon, les chambres... Les couleurs vives de ces voiles donnaient une atmosphère gaie et légère. Seule une petite pièce fermée près de la porte tenait lieu de salle de bain, envahie de plantes et de verreries qui réfractent la lumière dans tous les sens par des myriades de couleurs.

Pénélope, pieds nus, enfoncait compulsivement ses orteils dans l'épais tapis crème tout en ne quittant pas des yeux son assistante occupée au téléphone à arranger les détails du départ de sa maîtresse.

Spoiler:
 

Entre deux appels, Pénélope précisait ses requêtes:

-"Il faudra que mon arrivée soit annoncée au moins deux jours d'avance. Je n'ai pas envie de me faire reprocher un manque de bienséance. Je veux aussi qu'un refuge soit préparé pour mon séjour, le temps de m'installer de façon plus permanente. Quand on arrivera là-bas, vous me ferez recevoir directement par l'autorité locale, qu'il n'y ait aucun malentendu. Vous m'attendrez dans la voiture. Si tout va bien, ensuite nous iront au refuge et de là, on décidera d'où on installera nos locaux et notre demeure. Ce n'est que sur place que je saurai ressentir d'instinct quel endroit est le plus approprié. On offrira des promotions aux trois plus loyaux de nos mannequins pour nous aider à démarrer la nouvelle succursale."

Elle énumérait ses pensées à voix haute, mais un peu absorbée par sa réflexion chaotique, comme si en fait elle s'adressait à un dictaphone. Elle déballait tout avec un débit inconstant et ne semblait pas se préoccuper si son assistante était attentive. Amber savait pourtant que sa maîtresse s'attendait à ne rien avoir à répéter et s'empressa de noter toutes les requêtes dans son calepin.
Pénélope se tût pourtant après ces consignes, toujours perdue dans ses réflexions, tout en se caressant doucement les pieds avec le tapis.

Elle n'entendait plus le murmure lointain d'Amber qui réglait les préparatifs. Un chant sourd naissait dans sa tête, une nostalgie récurrente lui rappelant la voix de son père qui chantait un doux air de Provence.
Spoiler:
 

Elle tourna la tête vers la fenêtre et se laissa rêvasser un moment, puis, d'un geste brusque, ramassa une télécommande et changea la lumière de la fenêtre pour une lueur lunaire blafarde polluée par celles des lampadaires et des panneaux commerciaux. Elle se leva d'un bond et se dirigea d'un pas décidé derrière les voiles qui dissimulaient sa chambre du reste du loft pour commencer à remplir ses malles de voyage.

____________________

Phosphoros
Mer 5 Déc 2012 - 0:49
[Désolé du retard.]


Amber, prit les notes comme un petit robot bien conçu sans poser de questions. Elle était même capable de se fondre dans le décor quand cela était nécessaire, quand sa maîtresse réclamait du silence.

Elle s’approcha de la chambre, du moins la partie de pièce correspondant à une chambre et elle frappa trois coups sur le mur adjacent! Elle attendait que sa patronne soit retournée pour pouvoir parler. Pénélope pouvait voir que son employée tenait des papiers, un téléphone, et semblait avoir gardé une attitude professionnelle.

« Madame, la voiture est prête. Un appel a eu lieu. Le Prince veut vous voir dès que vous quitterez ce lieu. Il a ajouté, en outre, que si vous ne le voyez pas dans deux heures, il enverra le shérif. »

Elle tendit les feuilles. Pénélope pouvait voir le dossier de trois mannequins, avec un récapitulatif des atouts des jeunes candidats. Il est évident que l’atout loyauté ne serait pas inscrit. Cette assistante connaissait bien son travail et savait que ces trois employés étaient les meilleurs.

Spoiler:
 

Spoiler:
 
Spoiler:
 



Elle attendit sur le pallier de la porte, attendant les commandements de sa maîtresse.

_____________________


Pénélope Ducharme
Mer 5 Déc 2012 - 16:00


L'intervention d'Amber arracha Pénélope à ses pensées. Elle en était presque soulagée car elles devenaient de plus en plus mélancoliques. Presque, parce que malgré le chagrin, elle tirait tout de même un certain plaisir à ressasser ces souvenirs enfuis. Dans un tourbillon étourdissant, les plaines verdoyantes, les percées de soleil filtrant à travers les feuilles des arbres, le sourire paisible de son père et les quelques notes chatouillées sur le piano de sa grand-mère s'évanouirent devant le visage d'Amber qui passait ses messages.

Pénélope écouta Amber au sujet du Prince, contrariée.

"Comment ça le shérif? Non mais! y a des limites à se faire traiter en paria! Depuis le temps que je suis citoyenne modèle, il me semble que je pourrais être traitée autrement qu'une prisonnière en instance de transfert en sécurité maximale! Je te jure, Amber, ces petits manèges de contrôle et de pouvoir me dégoûtent à un point ineffable."


Puis elle balaya l'air devant elle du revers de la main, comme pour effacer l'impression laissée par sa réaction spontanée espérant mettre de côté l'amertume que lui laissait en bouche cette menace de "shérif". Elle referma sa malle et la boucla pour la laisser sur le lit et s'approcha de quelques pas en tendant la main pour prendre les dossiers tenus par son assistante adorée. Elle prit le temps de les feuilleter, revint quelques fois sur le dossier de la jeune Élise qu'elle relu, un peu incertaine...

"Merci Amber. Tu fais un boulot irremplaçable. Cette enfant, la plus jeune, tu crois qu'elle sera volontaire de nous suivre à Chicago? Elle n'a pas terminé le collège, ses parents vont nous faire des misères, tu ne crois pas? Vérifie tout ça, je te prie. Je vais aller voir Monsieur Majesté avant d'avoir le shérif aux fesses. Fait approcher la voiture, je descend tout de suite. Quand je reviendrai, tu me diras pour l'enfant... et pour Chicago. N'oublie pas que je souhaite être attendue par les autorités, là-bas. Hors de question que mon arrivée soit laissée au hasard."

Elle conserva les deux autres dossiers et laissa à Amber celui de la plus jeune, afin qu'elle fasse les vérifications demandées, et descendit dans la rue pour sa convocation, décidant d'étudier de plus près les dossiers des deux candidats sur le trajet. Laissant Amber derrière elle, Pénélope enfila ses chaussures et sa veste et passa la porte du loft sans un mot de plus. Elle descendit l'escalier, ses talons martelant le sol dans une démarche des plus gracieuses, et s'enfila dans la voiture qui venait tout juste d'arriver devant. Elle lança l'adresse désormais familière de là où on rencontre celui qui souhaitait la voir avec tant d'urgence.

Spoiler:
 


Gekiyaku
Mer 16 Jan 2013 - 8:49


Le vieux bureaucrate n'aimait pas prendre les gens par surprise. Malheureusement, la situation exigeait un subterfuge du genre pour que cette rencontre ait lieu dans les paramètres optimaux. Lodin l'avait envoyé jusqu'à la grosse pomme pour rencontrer cette Toréador en personne avant son briefing de départ avec le prince local. Moins tracassé par les implications politiques de la discussion qu'il s'apprêtait à avoir avec Miss Ducharme, que par l'idée qu'il pourrait rougir en présence d'une aussi jolie créature, il surveillait l'arrivée de celle-ci par les fenêtres teintées de la limousine. Quand elle s'approchât, c'est en un seul mouvement gracieux qu'elle s'assit sur la banquette qui lui fessait face. C'est seulement quand elle eue donné l'adresse au chauffeur et que la voiture fut en marche qu'elle remarquât le petit bonhomme en complet gris cendre trop court pour lui et à la pilosité hirsute.


''Bonsoir Miss Ducharme! Je suis Auguste Makhinar, envoyé personnel du prince Lodin de Chicago. Il nous semblait nécessaire, vue vos plans dans l'avenir prochain, de vous rencontrer de façons informelle avant le rendez-vous où vous vous rendez. Pourrais-je vous transmettre nos intentions le temps du voyage vers votre Élysium?''




La voiture avec ses bagages et son assistante les suivait juste derrière. La vieille Ghoule aurait payé cher pour s'y trouver plutôt que de faire face à ce visage à la fois d'une beauté olympienne et figé dans le marbre de la contrariété.


------------------------------------------------------------------


Pénélope Ducharme
Lun 21 Jan 2013 - 19:00


Pendant près de 10 longues secondes, Pénélope resta bouche-bée, incertaine de quelle manière réagir. Dans sa tête défilait une multitude de scénarios dans lesquels les choses ne tournaient que mal. Envoyé par Lodin? Déjà? Comment il a pu parvenir de Chicago à New York en si peu de temps? Amber n'a reçu la consigne de nous annoncer il y a quelques heures à peine! À moins qu'il ait des agents un peu partout? Quoi qu'il en soit, surtout, ne pas perdre la face...

Après ces réflexions en rafale, elle sourit gentiment et s'adossa confortablement, croisant les mains sur les dossiers posés sur ses genoux.

"Et bien, je vous écoute, monsieur Makhinar..."

Elle soutint son regard longuement, dans l'attente de ces fameuses intentions... qui doivent à ce point passer avant la rencontre du Prince de New York...



Gekiyaku
Lun 21 Jan 2013 - 20:09


Le délassement de son corps et son sourire des plus charmants ne trompaient pas Auguste. Il avait du mal à tenir le regard d'acier de la Toréador. Ses bras croisés lui indiquaient une forme de fermeture, alors il devrait couper court au préambule.

"Écoutez madame, je sais que vous êtes une personne forte de votre indépendance et je tiens à dire que c'est dans cet esprit que nous vous contactons. Pour en venir aux faits. La discussion que vous vous apprêtez à avoir avec le prince de New York concernera votre allégeance future à la camarilla de Chicago. Que ce soit par le chantage, les pots de vin ou même, pour l'avoir constaté auparavant, la manipulation mentale. Votre actuel prince tente d'installer une antenne de renseignements à Chicago. Vous représentez, pensons-nous, la dernière de ses tentatives."



Il lui remit une chemise contenant des documents comptables et d'autres papiers.

"Questionnez-vous sur la motivation profonde de votre déménagement Miss Ducharme! Problèmes de taxes locales? Une opportunité d'affaire qui c'est présentée? Ou même une simple impulsion ou de la pression de vos pairs? Si vous doutez de mes paroles vous verrez bien de quoi il en retourne lors de la discussion avec le prince."

----------------------------------

Pénélope Ducharme
Lun 28 Jan 2013 - 2:03


Pénélope écouta attentivement son interlocuteur, sans l'interrompre, mais non sans froncer les sourcils de perplexité. Elle n'était pas certaine de ce qu'on puisse attendre d'elle, selon les circonstances actuelles. Elle ouvrit la bouche pour commencer une réplique, puis se ravisa, persuadée que ce qu'elle allait dire serait maladroit et inutile. Elle pinça les lèvres, puis regarda l'homme à ses côtés un petit moment avant de finalement prendre la parole:

"J'ignore, Monsieur, ce qui vous pousse à croire que mon initiative personnelle d'aller m'établir à Chicago puisse venir de quelconque stratagème ou de suggestions extérieures! De plus, en admettant que vous ayez raison, je doute pouvoir être utile à l'autorité New-yorkaise, car m'établir, en ce qui me concerne, est synonyme d'y consacrer mon intérêt et mon allégeance. Et de plus, que pourrais-je faire, si le Prince veut me voir, je n'ai pas tant le choix... Vous avez des suggestions? Qu'attendez vous de moi, au juste, Monsieur Makhinar?"


________________________

Gekiyaku
Mar 29 Jan 2013 - 19:03


Auguste savait que ses prochaines paroles devaient être choisies avec soin. Il aurait voulu que l'inconfort complet qui l'étranglait fut causé par quelques relents de pulsions masculines à l'égard de l'ancienne top modèle, mais tout cela était occulté par la désagréable sensation d'être à nu face aux talents d'augure de son interlocutrice. Il savait que son clan avait la capacité de percevoir l'aura d'une personne et cela lui donnait toujours des frissons malgré son âge avancé et sa grande expérience dans ce genre d'interactions. C'était son âme qui était potentiellement à nue.
Spoiler:
 

"Miss Ducharme, je me fais maintes souffrances en étant le premier à demander à une personne, avec autant de classe et d'intégrité que vous, de prendre partie dans l'intrigue qui nous concerne. Voyez-vous, Chicago a longtemps été le fleuron de la culture camarillenne en Amérique du Nord. Alors que nous approchons le vingtième anniversaire de l'assaut des Sabbat sur notre ville des vents bien aimée, plusieurs, au sein même de la Camarilla, remettent en question la position du prince Lodin et ce, aussi bien politiquement parlant que dans le monde occulte. Quoique le prince Calebros vous demande, faites comme si vous abondiez dans son sens. Je ne puis vous affirmer que vous ne prendrez concrètement aucun risque dans cette affaire, mais j'ai... heu... nous!... oui, nous avons besoin de vous pour tromper la vigilance de ce damné Nosferatu qui vous sert de prince."

Tout indiquait qu'un élément capital manquait dans ce long préambule et Pénélope ne savait pas si c'était ce vieillard qui empestait l'hospice et l'eau de toilette bon marché ou si c'était le prince Calebros, chez qui elle se rendait, qui aurait plus de réponses.


------------------------------------------------------------------


Pénélope Ducharme
Dim 10 Fév 2013 - 7:02


Pénélope écouta la doléance de cet étranger avec attention. Elle demeura en silence quelques instants, visiblement occupée à mettre en perspective cette... proposition. Quoi que... Il ne s'agissait pas tout à fait d'une proposition. Aucun bénéfice ne compensait ce facteur de risques qu'il venait d'énoncer. Elle ferma les yeux quelques seconde en prononçant doucement:

"- Je vois. Qu'ont tous ces gens à mettre en doute à plusieurs niveaux sa majesté des vents, au juste? Basés sur quelles circonstances une guerre de lobby viendrait jusqu'à requérir que je me mette dans un potentiel pétrin? Quels gains en tirerais-je? Sur quelles assurances pourrai-je compter? Ne vous méprenez pas. J'ai effectivement l'intention de m'établir dans cette cité qui est la vôtre, mais pour tourner le dos à celui qui a accordé mon étreinte? Ou pire, le trahir en jouant les agents doubles? Est-ce vraiment raisonnable? Qu'attendez-vous de moi exactement et qu'ai-je à y gagner? Insulter mon actuel prince ne saurait que difficilement gagner ma confiance."

Elle avait parlé d'un ton calme, doux et posé, voire noble, mais tout d'un trait, ne laissant aucune place à l'interruption. Lorsqu'elle se tût, elle regarda Makhinar dans les yeux, imposant clarté et honnêteté. Elle détestait être utilisée comme un pion par la flatterie ou par tout autre moyen. Il n'y a que quand les intentions des deux parties sont claires, que l'on peut faire des affaires.

____________________________

Gekiyaku
Mar 12 Fév 2013 - 17:09


Le choix était déchirant dans l'esprit de la vielle Ghoule. Soit il remettait le couvert pour une portion de mensonges accompagnés de demi-vérités, soit il se mettait dans le pétrin en lui disant la vérité toute nue. Il se dit qu'il devait d'abord expliquer les ''bénéfices'' de leur accord et sa réaction lui dicterait le reste.


"Madame vous me pilonnez de questions avec tant de tact et de verve que je ne peux que vainement vous promettre que je ferai de mon mieux pour y répondre dans l'ordre, aussi clairement et ouvertement que la situation me le permet. En premier lieu, la coterie qui en veut à l'empire de Lodin s'identifierait sous le sobriquet de ''L'inconnue''. Une organisation au cœur de la Camarilla qui a pour objectif la perte des plus anciens vampires dans l'idée fanatique que leur aînés cherchent forcément à les écraser sous le poids de leur expérience et leurs pouvoirs. Pour ce qui est des gains que vous pourriez en tirer, sachez que vous en avez déjà une bonne partie qui se trouve à la fin du dossier que je vous ai remis."


Pénélope ouvrit le document pour en sortir trois contrats notariés pour une prise de contrôle de différentes agences basées à Chicago. Bien qu'elle était familière avec le tour de passe-passe comptable que ce genre de transfert furtifs impliquait, ce n'était pas moins un travail impressionnant aux yeux de la ''buisiness woman'' aguérrie qu'elle était.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

"Il ne manque qu'une signature en bas de page pour que le transfert soit effectif en six mois. Vous pouvez en prendre une seule, ou les trois. Elle sont déjà financièrement sous notre emprise et considérez cela comme un acompte pour notre rencontre de ce soir. Pour conclure, je tiens à préciser que votre implication fortuite n'était déjà malheureusement plus de votre ressort quand on m'a envoyé ici pour vous rencontrer, mais je puis vous assurer qu'aucune largesse ni compensation de ce genre ne seront comprises dans l'accord que vous pourriez passer avec Calebros. Il a toujours été plus adepte du bâton que de la carotte quand vient le temps de négocier avec ses semblables. Tout ce que nous voulons de vous, c'est lui faire croire qu'il à enfin une taupe au sein de notre Cité. Pour une fois, nous le prenons de vitesse et ce pourrait-être grâce à vous!"

Étudiant en vain les complexions du visage de Pénélope qui restait de marbre alors qu'elle considérait les papiers et le vieillard d'une vue d'ensemble, une idée était claire à l'esprit du magistrat. S'ils espéraient la compter comme une alliée à long terme, il faudrait, tôt ou tard, la mettre dans le secret des dieux.

------------------------------------------------------------------
Spoiler:
 

------------------------------------------------------------------


Pénélope Ducharme
Mer 27 Fév 2013 - 22:59


Pénélope resta impassible, malgré une lueur de feu qui parût voiler son regard un court instant. Elle parla lentement, pour être certaine d'être bien comprise.

"Monsieur, j'ai beaucoup de mal à comprendre comment vous espérez vous attirer une faveur en me considérant comme un vulgaire ânon. Je ne fais pas dans la poursuite des carottes, pas plus que je n'agis sous les coups de bâton. De plus, une carotte restant attachée à sa ficelle n'a rien d'attrayant. Vous me demandez d'embrasser une cause dont j'ignore tout. Vous me demandez d'agir au péril de ma sécurité et de mon avenir en me faisant miroiter un trésor sur lequel vous avez procuration. Vous n'avez rien à m'offrir pour ma protection et vous comptez sur quoi, au juste? Ma bonne foi? Des valeurs judéo-chrétiennes, peut-être? Et puis, qui me dit que vous n'êtes pas envoyé par Calebros pour me piéger? Je crois que l'approche que vous venez de tenter est moins reluisante que vous l'imaginiez. Autant me demander de signer une reddition à ma liberté et une soumission éternelle à l'esclavage, pourquoi pas? Sauriez-vous faire mieux que cela? Ou devais-je me sentir à ce point insultée dans mon intelligence?"

Elle bouillait à l'intérieur d'elle. Tout son être restait de marbre pour dissimuler à quel point elle devenait tendue et se sentait baratinée par des marionnettistes très mauvais dans l'art de la subtilité. Pourtant, elle affichait un sourire charmant, presque séducteur, à qui les aurait observés sans connaître le contexte de la discussion.

_____________________________


Gekiyaku
Dim 3 Mar 2013 - 12:05


Il comprenait maintenant pourquoi Calebros l'avait repérer. La force de caractère dont elle faisait preuve combinée au masque d’impassibilité impénétrable. Cette puissance tranquille ferait un usage redoutable de son immortalité si on lui en laissait le temps, mais à condition qu'elle embrasse pleinement celle-ci et ce, sans restriction.

"Loin de moi l'idée d'insulter d'avantage votre personne, mais lassez-moi vous mettre en contexte. Cela fait depuis 1871 que Lodin et sa descendance maintiennent leur emprise sur plusieurs des niveaux de l'infra-structure économique de l'Amérique du Nord. Vous l'aurez compris, nous avons pu nous arranger afin que la société moderne soit à l'avantage des immortels qui évoluent secrètement en son sein. Ne croyez pas que Ceasar a ses doigts sur les cordons de votre bourse parce qu'il a son portrait gravé sur vos écus. Nous avons plus de respect que ça pour nos semblables. C'est Calebros, dans son mépris maladif pour ce qui est pur et joli, qui a jugé que vous seriez parfaite pour revêtir le masque de l’innocence face à nous dans sa quête de pouvoir démesurée. Pour dissiper tous vos soupçons sur mes intentions, il n'y aurait que par un lien de sang, qu'une humble Ghoule comme moi, pourrait vous prouver sa bonne foi et vous assurer que je puis vous répondre en toute franchise et du fond du cœur. Sinon nous allons devoir en rester là et vous laissez ainsi seule juge des intentions de votre prince à votre égard. L'Élysium n'est plus qu'à quelques pâtés de maison.

Il allait au-delà de ce qu'on lui avait autorisé à entreprendre dans cet échange, mais il devait sortir du chemin tracé à l'origine par le conseil d'administration s'il espérait des résultats avant la fin de la nuit.


------------------------------------------------------------------


Pénélope Ducharme
Mer 20 Mar 2013 - 18:50


Pénélope fronça les sourcils en entendant la réplique de son interlocuteur. Elle se sentait insatisfaite de la réponse, puisqu'elle n'apportait encore une fois rien de nouveau, sinon une offre particulière qui pouvait laisser sous entendre que le pauvre homme était désespéré ou qu'il était opportuniste au point de se procurer une dose d'extra de l’élixir sanguin qu'il apprécie sûrement plus que de raison... Elle décida qu'il avait bien raison et qu'elle devrait se faire sa propre opinion en rencontrant Calebros. De toutes façons, cette conversation commençait à tourner en rond et le temps pressait.

-"Vous avez raison, je ferai comme vous dites, Monsieur..."

Elle souriait, comme si un ange venait de passer, capable de pardonner tous les péchés les plus sordides...
Son regard fureta brièvement par la fenêtre teintée du véhicule, reconnaissant que la destination était bel et bien presque là, puis elle approcha son visage de celui de la ghoule et murmura:

-"On fera comme ça, alors..."

Elle se mordit la lèvre inférieure, puis embrassa la ghoule afin de lui laisser boire, à la coupe de ses lèvres douces et satinées le précieux sang qui s'en écoule.
Le baiser dura suffisamment longtemps pour permettre à la ghoule de savourer amplement ce moment de double extase, au sang de faire son travail mystique et à la voiture de s'immobiliser à bon port. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, elle murmura encore:

-"Dites-moi comment vous joindre pour qu'on rediscute de tout ça." Elle souriait toujours, paisible et rassurante, concentrée sur l'enveloppe de lumière qui entourait maintenant Makhinar...

__________________________

Gekiyaku
Ven 22 Mar 2013 - 15:09


Au moment de recevoir le baisé de Pénélope, Makhinar eût tout juste le temps d'écarter sa moustache du chemin pour qu'aucun poil ne se glisse dans la bouche de sa Domitor aux gestes aussi lascifs que saisissants. D'abord, se soulevant de son siège en appuyant ses paumes à plat sur le cuir, puis se détendant d'un seul coup quand le liquide tiède et cuivré vint lui chatouiller la luette. Il n'avait pas reçu pareil ''donation'' de cette façon particulière depuis l'âge béni de la renaissance. Quand l'humide et réconfortante vitae commença à l'enivrer, il se dit qu'il serait sage de cesser sa consommation avant d'en perdre la raison et d'agir de façon déplacée envers cette déesse qui lui offrait une parcelle de son immortalité. Il comprit inconsciemment ce qu'elle avait formulé et une réponse sortit de ses lèvres avant qu'il n'ait pu vraiment considérer la question.


"Je vais être au 180 de la 76ième rue Ouest. C'est la chapelle du mémorial de Riverside, j'y serai jusqu'au matin."


Ayant eu au moins une partie de ce qu'elle voulait, elle sortit du véhicule, ferma la portière derrière elle en laissant la ghoule à l'intérieur. Lui, était quelque peu étourdi. Il savait par expérience que le sang des autres vampires avait plus d'effets négatifs que celui de Datura, son premier et ultime Domitor. Il devait lutter contre cette pulsion qui le poussait à sortir et pour se lancer ''au secours de la demoiselle'' qui allait au cœur même de l'antre de la bête. Il débarqua de la Rolls Royce Phantom IV à une station service un peu plus loin. N'hésitant qu'un bref instant, il prit la direction nord pour rejoindre une bouche de métro.

*******************************************

À l’extrémité Est de la 13ième rue, se trouvait la station de pompage de Manhattan. L'immeuble aux dehors stylisés et modernes, restait tout de même froid et austère à l’intérieur. Ce genre d'endroit servait d'Élysium aux Camarillens depuis que Calebros avait dû reprendre, à contre-cœur disait-on, la couronne de Prince de New York.

-----------------------------------------

Pénélope Ducharme
Mar 26 Mar 2013 - 21:46


Dès qu'elle eût entendu ce qu'elle désirait, Pénélope sortit de la voiture d'un pas décidé et nota l'adresse dans son portable en même temps qu'elle donnait quelques instructions de dernière minute au chauffeur:

Spoiler:
 
- "Conduisez-le où il voudra, et revenez me chercher immédiatement après. Si un problème survient, contactez Herr Himmler. Mais seulement s'il y a un problème bien réel."

Puis elle traversa la rue en se souciant à peine de la circulation, gravit l'escalier menant à l'Élysium et balaya le hall du regard, son portable toujours à la main, prête à se faire conduire à celui qui l'avait fait venir. Elle chercha des yeux la personne chargée de l'accueillir, et alla s'annoncer promptement.

- "Je suis attendue. Pénélope Ducharme. Dépêchez, je vous prie, je suis pressée."




-------------------------


Dernière édition par Mnémonia le Ven 14 Juin - 1:07, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mnémonia
Admin
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: suite...   Mar 11 Juin - 1:37

Gekiyaku
Lun 1 Avr - 5:25


Dans la station de pompage il y avait une pièce dite ''salle de conférence''. En fait, elle donnait davantage l'impression d'un tribunal. Avec un grand pupitre à plusieurs places au fond face à la porte. Une table et deux chaises en son centre faisant dos à la porte. Quand on l'y fit pénétrer, Pénélope eût du mal à contenir la stupeur qui l'accabla. Ce n'était pas dû à l'apparence terrifiante de ce qui ne pouvait-être que le prince Calebros et qui siégeait à l'instar d'un juge. Pas plus que pour la jeune fille au look gothique qui était assise à sa droite, Yvette la maudite, tristement célèbre dans le clan Toréador comme étant une prophète de malheur qui avait la fâcheuse tendance à être très juste dans ses prédictions. Non, c'était l'homme à l'accoutrement et la posture si familière qui se tenait debout en retrait à la gauche du prince. Il se triturait compulsivement le menton d'une main, comme il en avait l'habitude quand il était anxieux.

-"Guten abend fräulein! Laissez-moi vous assurer que je n'ai rien à voir avec cette convocation et que je m'y suis vivement opposé... (lançant un regard à Calebros) ... en premier lieu."


Normalement, la vue de ce personnage aurait dû la réconforter, la rassurer, mais bien d'autres sentiments la traversaient quand son créateur alla s’asseoir à la gauche du Prince. Celui-ci indiqua à Pénélope de prendre place à la table. Yvette était captivée par un jeu sur son I-Pod, mais ça ne semblait pas déranger outre mesure le Nosferatu.


-"Bienvenue très chère, nous essaierons d'être le plus clair et rapide que possible."

_______________________

Pénélope Ducharme
Lun 1 Avr - 11:51


Si son cœur avait encore battu, il se serait sûrement arrêté sur-le-champs. Bouche bée, sourcils froncés exprimant à la fois sa confusion et son inquiétude, elle approcha avec un peu d'hésitation de la table et s'y assis délicatement sur le bout du siège. Angoissée de ce qui se tramait, elle ne prononça mot et se contenta de hocher la tête discrètement en guise de salutation à son sire. En effet, elle préférait se taire afin de permettre au mystère de se dévoiler plus rapidement et attendit donc la "sentence" qui découlerait de cette convocation surprise.

_______________________

Gekiyaku
Ven 5 Avr - 4:29


Contrairement à Pénélope, Arthur gardait un visage impassible devant cette scène qu'il aurait voulu éviter à tout prix, mais à son grand désarrois, Calebros avait insisté pour qu'il soit présent à cette audience. Il voulait être à des kilomètres, ne pas se soucier du sort de son infant, comme il l'avait fait avec de nombreux artistes une fois qu'il en avait tiré le meilleur, mais ses pulsions paternalistes avaient eu raison de son dégoût naturel à participer à ce genre de manœuvres. En fait, il cherchait intérieurement à se convaincre qu'il ne devait son calvaire qu'à cette peste d'Yvette et ses damnées visions. Le prince enchaîna, pour ne pas laisser durer le silence inconfortable qui n'était brisé que par les bruits du jeu de casse briques d'Yvette qui restait indifférente à toutes autres choses.


-"Mademoiselle Ducharme! Nous voulions d'abord nous enquérir de cette information à votre sujet: Vous plaisez-vous dans notre bonne ville?"

La voix rauque du prince jaillissait de sa gorge pour sortir par sa bouche aux gencives saillantes couronnée de dents pointues, qui s'animait de façon désynchronisée avec ce qu'il disait. Son dos voûté indiquait que la position ''assise derrière un bureau'' lui était plus que naturellement confortable.

___________________________

Pénélope Ducharme
Ven 12 Avr - 6:11


Pénélope répondit sans trop réfléchir, le plus naturellement possible.

- "New York est ma mère patrie, monseigneur. M'y plaire ou non ne sera jamais vraiment la question. Elle m'a vu naître, grandir, mourir et renaître. Cependant, j'éprouve un besoin de voir le monde extérieur, de voir ce qu'ailleurs peut m'apporter et surtout ce que je pourrai accomplir hors des sentiers battus. Même si ma fougue pourrait me pousser à lui tourner le dos, j'y reviendrais quand même toujours pour le réconfort et le ressourcement. Et la trahir ne me traverserait jamais l'esprit, si telle est votre inquiétude, messire."


Elle semblait fixer le Prince, mais elle regardait juste un peu au dessus de sa tête la couleur vieillie du mur, évitant ainsi de se placer sous la domination mystique de l'horrible créature qui faisait office d'autorité dans cette ville.

________________________________

Gekiyaku
Dim 14 Avr - 6:30


Le prince prit quelques notes dans son calepin et poursuivi.

-"Et bien vous me voyez ravi constater la teneur de vos émotions et d'ainsi pouvoir vous informer qu'il vous sera, si vous le voulez bien, fournie une occasion de servir votre ''mère patrie'', ainsi que la Camarilla, contre ceux qui trahissent nos valeurs et principes. Sans vouloir attenter à votre sécurité en vous donnant ces informations, mais Yvette ici présente..."

(La jeune Gothique gratifia Pénélope d'un signe de paix sans conviction pour retourner aussitôt à son jeu)


-"Yo!

-...nous avait déjà informé qu'un Kindred Camarillen, situé sur le territoire de Lodin, s’emploierait à faciliter le passage de membres du Sabbat, d'Anarchs et autres engeances de l'Est de notre pays à la côte Ouest et ce, sous le nez du prince et de ses primogènes.


Yvette, qui redoutait que cette mascarade, qui commençait dangereusement à tourner en rond, ne prenne toute la nuit, se dit qu'il serait bon, dans ce cas bien précis, de mettre de l'huile sur le feu. Elle relâcha son I-Pod sur le bureau et enchaîna en se levant, pour être certaine de dominer ce que le Prince allait rajouter. Elle ne craignait aucune représailles de la part du vieux Noferatu, car elle lui était bien trop utile, voire indispensable dans les circonstances actuelles.

-"Et comme t'es pour te rendre là-bas de toute façons. Et ben ma vielle, tu pourrais aller renifler un chouya par là tant qu'tu y est?! C'est dans notre intérêt, et le tien aussi!"


Calebros aurait voulu se masser les tempes, mais il craignait de pulvériser sa propre boite crânienne, à défaut de pourvoir le faire directement à Yvette la maudite.

---------------------------------


Pénélope Ducharme
Dim 14 Avr - 17:10


Pénélope écoutait le discours du Prince en se disant qu'il y avait anguille sous roche. Était-il presque bienveillant? Dans quel piège à cons essayait-il de la lancer? Et comment son Sire pouvait cautionner toute cette mise en scène sans même tenter de lui indiquer d'un regard si le pétrin dans lequel elle était donnait lieu de s'inquiéter davantage que les apparences voulaient bien démontrer?

L'intervention d'Yvette soulagea les doutes de la jeune femme et elle l'accueillit avec un sourire complaisant. Cette petite prophète avait une personnalité intéressante. Ou du moins, elle avait le même soucis d'efficacité et d'économie qu'elle, ce qui la rendait soudain tout-à-fait charmante.

-"D'accord, bien sûr." Répondit-elle sans grande hésitation. "Je ne sais pas à quel point mon flair est à la hauteur de vos attentes, mais je ferai de mon mieux. Je ne vois pas pourquoi tant de mobilisation était nécessaire pour me demander cela, toutefois."

Sa question n'avait rien d'une critique, mais elle souhaitait se libérer de cette anxiété qui naissait au fond d'elle au plus vite. Qu'est-ce qu'ils ne disaient pas?

_______________________

Gekiyaku
Ven 19 Avr - 9:15


Yvette s’assied, ne voulant pas qu'on croit qu'elle voulait vraiment prendre la parole. Le prince enchaîna.

-"Ce n'est pas tant vos qualités en tromperie que simplement l'occasion d'implanter quelqu'un dans la ''scène politique nocturne'' de Chicago dont nous voulons profiter. Votre future situation, là-basé sera, certes, précaire car nous ne savons pas à quel niveau la fuite à lieu. Nous vous assurons que des dispositions pour vous extraire et vous ramener en lieux sûrs seront mises en place dès que possible. Si tant est qu'il y ait de vraies complications. Votre rôle sera de discrètement nous rapporter les potins, ouïe-dires et autres choses qui vous paraîtront étranges. Peut-être implanter un appareil d'écoute selon les pistes que vous nous fournirez."


Arthur se remettait des informations que venait de délivrer le prince. Depuis que la côte Ouest était tombée aux mains des énigmatiques ''Kuei Jin'' , il y en avait certains pour dire que la structure de la Camarilla en Amérique du nord était compromise pour le siècle à venir. Les plus fervents des croyants parlaient de signes de la fin du monde. S'il pouvait passé une autre nuit sachant que sont petit trésor resterait auprès de lui, il s'en contenterait bien. De tout son cœur, il aurait voulu lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle refuse ce marché de dupe. Qu'elle ne devait pas aller jouer les ''Mata Hari'' pour le prince de New York, mais il se contentait de revêtir un masque d'impassibilité qui pouvait s'interpréter par un manque total d'intérêt pour ce qui se passait dans la pièce. Seul mécanisme de défense qu'il maîtrisait parfaitement en pareille situation.

---------------------------
Spoiler:
 

---------------------------

Pénélope Ducharme
Mar 7 Mai - 9:46


Pénélope observa Herr Himmler un moment avant de répondre. Elle sentait bien le piège et souhaitait sortir de ce guêpier au plus vite, mais comment? La faire venir sous la menace n'était pourtant pas nécessaire s'il ne s'agissait que de cela. Elle sentait l'anxiété monter de plus en plus en elle, et c'est avec une voix tremblante qu'elle répondit, ce qui la rendit plus anxieuse encore. Démontrer cette faiblesse la dégoûtait d'elle-même.

-"Je doute avoir le choix, de toutes manières, n'est-ce pas? Sinon une telle délégation n'aurait pas été convoquée. Y a-t-il autre chose, votre majesté?"


Elle s'apprêta à se lever, mais se ravisa, ne souhaitant pas offenser le Prince.

______________________


Gekiyaku
Dim 12 Mai - 10:16


Calebros aurait voulu basculer vers l'arrière sur son fauteuil et se craquer les jointures en signe de satisfaction, si le geste n'avait pas été déplacé dans pareille situation. Il adorait quand ses plans filaient droit et qu'Yvette y avait plus ou moins grandement contribué n'était qu'un détail sémantique à l'esprit du vieux Nosferatu.


-"Bien que nous aurions préféré une approche moins fataliste de votre part, nous sommes ravis de vous avoir ainsi à notre service, mais certes pas sans que notre partie vous ait proposé une forme quelconque de rétribution. Maintenant, toujours sans vouloir vous manquer de respect..."

Il fouilla dans des papiers sur le pupitre et poursuivit.

"-...pour la suite, nous voulons vous assurer qu'en cas de problèmes, de bris de votre couverture ou si les révélations que vous arriveriez à mettre à jour vous accableraient d'une quelconque vendetta, vous auriez un refuge garanti sur le territoire de New York. Ce qui se combine à un dédommagement si des pertes monétaires devaient vous incommoder. En plus je fais appliquer dès ce soir un décret princier de non-ingérence, intimant le dénommé Arthur Himmler...


À la mention de son nom, l'illustre Toreador se leva, mais le geste d'un long doigt crochu le fit taire, alors que le prince continuait à lire le papier qu'il avait lui même rédigé.

-"...de ne vous approcher, vous conseiller ou de s'ingérer dans vos affaires sous quelque forme que ce soit. À moins d'avoir eu votre consentement préalable et ce, sous peine d'un bannissement de la ville et ses environs à la première offense."


Arthur fulminait! Si un piège avait été tendu ce soir c'était lui qui s'était fait prendre dedans. Il attendait de voir la réaction de son infant, mais savait que son temps était compté s'il voulait au moins gratifier le prince et son infernale conseillère d'une sortie dramatique digne de ce nom.

---------------------------------


Spoiler:
 
---------------------------------


Pénélope Ducharme
Ven 24 Mai - 7:07


Pénélope était confuse. Tout ressemblait à une mise en scène d'un vaudeville de mauvais goût. Elle fixait son sire, devinant sans effort tout ce qu'il devait ressentir. La torture était immonde! Qu'avait-il donc pu faire pour mériter tant de cruauté?

-"Si vous me le permettez, votre majesté, moins fataliste ne semble pas une option, je tiens à le préciser. Quoi qu'il en soit, j'apprécie que ma sécurité et mon bien-être fassent partie de vos préoccupations et je ne vois pas offense à l'accepter d'emblée. J'aimerais tout de même spécifier que le décret contre mon père ne vient d'aucune requête de ma part et que je considère le bannissement excessif. S'il y a quelconque litige entre vous, je souhaiterais ne pas servir d'instrument ou de prétexte pour atteindre l'un ou l'autre."

Elle n'avait pas quitté Arthur des yeux, guettant ses réactions, mais restait tout aussi froide, cherchant à dominer sa rage naissante. Elle avait la sensation d'être utilisée malgré elle et détestait cette perte de contrôle. Comment se sortir de là? Et au plus vite?

_______________________

Gekiyaku
Jeu 30 Mai - 6:31


Arthur aurait tout donné pour être en mesure d'infliger des représailles à l’infâme magistrat, mais celui-ci connaissait son noir passé, ses antécédents malheureux, ses autres infantes qui n'étaient plus là pour se plaindre... Il ne pouvait se permettre que de pareilles taches ne ressortent sur son ''pedigree''.


-"N'y voyez aucune atteinte, mais si je voulais ''atteindre'' votre sire, je ne vous impliquerais en rien, par respect des manières. C'est d'avantage pour vous assurer une place prioritaire dans notre communauté et...



- "Eh bien! Viel Glück (bonne chance) fräulein! Puissiez-vous servir la Camarilla avec brio. Mon prince! Yvette!

Et il contourna le pupitre pour se diriger calmement vers la sortie. Au dehors, seule une petite caméra fut témoin de la petite crise silencieuse qu'Arthur se paya dans le corridor. Vidéo que Calebros et Yvette allaient visionner à maintes reprises dans l'avenir.

Ne relevant pas l’interruption pour une seconde fois, ce qui représentait une record personnel pour lui, le prince reprit son texte où il l'avait laissé.

-"...et c'est dans un esprit d'équité qui transcendera les clans et les générations que je vois vot... notre avenir!"


- "AAAAMEN!


La fin du discours n'avait pas eu l'effet escompté, dû au départ de M. Himmler, et en plus, Yvette était allée en rajouter.


-"Nous ne nous reverrons plus officieusement ou officiellement d'ici votre départ, qui reste à votre discrétion. Reprenez vos activités et si on vous questionne sur l'entretien de ce soir, dites que nous vous avons demander de faire un témoignage qui aurait pu nuire à votre sire et que vous avez refusé dans votre bon droit. Cela concordera avec ce que nous laisserons filtrer. Merci, nous ne vous retenons pas d'avantage."


Yvette entreprit de sortir par la même porte que Pénélope devrait. Elle fit un signe de tête nonchalant à Pénélope comme pour lui dire de la suivre.


-"Yo! Tu me déposes, ''Sister''!?"

__________________


Pénélope Ducharme
Jeu 30 Mai - 7:13


C'est bouche bée que Pénélope regarda la sortie de son Sire, impuissante. Elle laissa terminer le Prince sans un mot ou un hochement de tête. Elle n'osait plus acquiescer de rien. Elle comprit pourtant qu'on lui donnait son congé, mais aussi qu'Yvette semblait avoir un agenda personnel bien à elle.

Pénélope se leva donc et se dirigea vers la sortie indiquée par la prophète, puis emboita le pas vers sa voiture qui devait déjà l'attendre de l'autre côté de la rue. Sur son parcours, elle restait en alerte pour repérer quelconque filature ou toute trace de son sire outré.

Spoiler:
 

Elle ne dit rien à Yvette non plus, prenant pour acquis qu'elle n'avait guère le choix encore une fois.

Une fois près de la voiture, le chauffeur sortit et se précipita à la portière pour l'ouvrir. Pénélope laissa Yvette entrer la première sur le siège arrière puis s'installa à côté d'elle.


-"Où est ce qu'on vous dépose?"
demanda Pénélope, bien que poliment, avec une froideur digne de la frustration qu'on lui infligeait depuis le début de cette soirée.

---------------------------


Gekiyaku
Ven 31 Mai - 15:54


-" N'importe où dans la circonférence de ''Central Park''. Ça devrait-être sur ton chemin. Oh! My! God! C'est ''Driving miss Daisy'' revisité ton Taco! Manque que Morgan Freeman!"

Elle voyait bien que sa ''consœur'' s’inquiétait de sa situation à venir et se demandait ce qu'elle pouvait bien lui vouloir, et elle ne voulait pas admettre que c'était d'avantage la flemme de marcher que par considération pour elle qu'elle avait demandé à monter dansa voiture. Elle prit sur elle de la rassurer autant que possible.

-"Si tu suis ton instinct et restes égale à toi-même, tu ne devrais pas avoir d'ennuis... autres que ceux qui sont déjà sur ton parcours."

Elle fit une grimace en réaction au commentaire, aussi involontaire que déplacé, qui venait de sortir de sa bouche. Elle détestait ce genre de futilités rhétoriques spontanés. Ce qui lui indiquait que Calebros commençait à déteindre sur elle. La Phantom IV bifurqua sur Broadway et continuait jusqu'au ''Columbus Circle'' au coin Sud/Ouest du parc où Yvette allait pouvoir débarquer.

----------------------------------------------------------

Spoiler:
 
----------------------------------------------------------


Pénélope Ducharme
Jeu 6 Juin - 3:31


Pénélope annonça la destination de sa passagère au chauffeur de la Rolls en se penchant vers la banquette avant, ce qui dévoila légèrement le galbe de sa poitrine mis en évidence par la coupe particulière de son chemisier de voiles légers aux couleurs pastels. Elle se radossa lentement et resta silencieuse un moment, scrutant la demoiselle dans le détail, histoire de rassembler ses idées. Elle parût vouloir ouvrir la bouche, puis se tût, incertaine de la façon dont elle pourrait formuler ce qui la démangeait de demander. Après un moment, elle se lança:

- "Quel est le piège, en fait? Ne pas me donner le choix, pour ensuite se plaindre de mon fatalisme est tout à fait inquiétant! Auriez-vous trop d'indifférence à mon endroit pour m'indiquer au moins de quoi ou de qui je devrais me méfier? Me lancer dans une "mission d'espionnage" sans même un dossier de données initiales est assez précaire. L'on vient de me servir plein de promesses d'avoir ma sécurité à cœur, et pourtant, il manque cruellement d'informations, et en plus, on me brouille malgré moi avec mon père, histoire que je perde la seule ressource à laquelle je pouvais me rattacher. Je savais bien que cette existence avait tout à voir avec une partie d'échecs, mais je ne me doutais pas que la manœuvre puisse manquer autant de subtilité..."

Son questionnement avait commencé comme tel, mais à mesure qu'elle continuait, ses questions prenaient de plus en plus la forme de réflexions personnelles. Quand elle s'interrompit, elle réalisa qu'elle commençait à noyer le silence de ses pensées et ne continua pas... souhaitant laisser la chance à Yvette d'offrir ses réponses, si elle en avait à lui donner.

---------------------------


Gekiyaku
Jeu 6 Juin - 7:45


-"Wow! Tu en avais gros sur la tomate ma fille! J'aurais aimé que Calebros tâte un brin de ce délicieux fiel. Vous auriez vite compris, tous les deux, que c'est lui qui n'a pas eu d'autres choix dans cette histoire, mais il vous a fait accepter les faits sans vous montrer l'ombre d'un petit levier en votre faveur. C'est sa tactique préférée pour obtenir ce qu'il veut quand il ne peut se permettre un refus. Pour le froid créé entre toi et ton sire bien aimé, c'est préférable ainsi. Calebros à horreur de voir une histoire triste se répéter. Demande à celles qui ont justement trouvées ''Arthy'' trop chaud dans ses précédents rapports ''Sire/Infant''. Tu es sa création, ouais ça c'est vrai, mais t'es pas sa propriété que je sache, non!?"


Elle avait débité cette dernière partie avec une intonation de plus en plus émotionnelle. Plus qu'elle ne l'aurait voulu. Ce qui révélait à Pénélope qu'Yvette avait sûrement plus à voir avec le fameux décret princier qu'elle avait pu le laisser croire jusqu'ici. Remarquant qu'elle s'emportait, Yvette poursuivit et changea de sujet en prenant un ton plus moqueur, mais clairement forcé.


-"Et pour l'impression de n'être qu'un pion, sache que Calebros est plus du genre à jouer aux dames plutôt qu'aux échecs. Il considère chaque ''pièce'' avec le même égard et n’abandonnera pas la ''partie'' tant qu'il lui en restera une en jeu. Si je peux me permettre d’extrapoler un brin ta métaphore. Le vrai piège, tu serais tombée dedans si on t'avait laissée partir sans rien te demander, Darling!"


---------------------------


Spoiler:
 
----------------------------


Dernière édition par Mnémonia le Ven 14 Juin - 1:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Mar 11 Juin - 19:36

Pénélope écoutait Yvette et cette façon colorée qu'elle avait de sembler si familière avec tout le monde avec un peu d'amusement. Décidément, malheur ou pas, elle savait alléger la teneur de ce qu'elle représentait, bon gré ou malgré elle. Même si des siècles se succédaient dans son existence, il lui semblait qu'elle aurait toujours ce comportement légèrement immature qu'ont les adolescents.

D'ailleurs, ce petit malaise qu'elle affichait au sujet de l'ampleur de la mobilisation autour de cette rencontre impromptue l'intriguait au plus au point. Elle plissait les yeux, scrutant son petit minois à la recherche des motivations qui l'auraient poussée à faire tant de vagues. Était-ce une machination reliée à une "prophétie" qui incriminait quelqu'un ou un simple caprice enfantin pour semer la pagaille?


Spoiler:
 

Elle se recula dans son siège, s'adossant plus confortablement pour l'aborder plus directement, un peu à sa manière...

Alors, parait que tu es une prophète... Tu dois en avoir des choses à me dire en fait sur ce qui m'attend... alors pourquoi tu me raconterais pas tout tandis qu'on y est?

Elle lui souriait gentiment, histoire de la mettre plus à l'aise, mais la regardait avec intensité, décidée à ne pas la laisser se défiler trop facilement.



_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Lun 17 Juin - 12:58

Yvette fut surprise de cette demande qui pourtant ne devrait pas étonner une voyante avouée. Elle avait si bien travaillé sur sa réputation de ''prophète de malheurs'' que personne, en dehors de Calebros, ne lui avait directement demandé une prédiction depuis des années. Franchement, elle ne savait même pas si elle pouvait volontairement provoquer ses oracles. Ses ''impulsions'' lui venaient de façon incontrôlée, comme des crises d'épilepsie ou de façon tellement subtile, que ce n'était qu'après coup qu'elle comprenait les signes qui lui étaient apparus. Elle n'allait pas décevoir sa ''sœur'' Toréador et lui dit:


Aujourd'hui ton destin, qui était certes des plus funestes, a été réécrit, ma chérie! Donne-moi tes mains, voir si je capte les vibrations émanent de toi maintenant, mais dis-toi que si je ne vois rien, c'est une bonne nouvelle en soit.

Elle lui tendit les deux mains en position ouverte pour qu'elle lui remette les siennes et ''provoquer" une vision.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Jeu 20 Juin - 13:08

Pénélope demeura un moment perplexe. Elle ne s'attendait pas à cette collaboration immédiate. Bien qu'elle semblait au départ tendre ses mains pour donner un aspect "théâtral" inutile, Pénélope ne la sentait pas dangereuse, et puis... le théâtral avait son charme, pour sûr.

Avec un sourire un peu naïf, Pénélope offrit ses mains à Yvette avec cette pointe d'enthousiasme qu'auraient ces touristes curieux de se faire lire les lignes de la main. Elle gardait cependant son regard planté dans celui de la prophète, les sens toujours aiguisés par la lecture de son aura.

_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Ven 21 Juin - 18:03

Elle agrippa les mains de Pénélope espérant offrir un spectacle convainquant. Puis quand elle fit mine de se concentrer un moment.


Bon voilà! Vous aurez la chance d'étendre votre champ d'action au travail. Vos projets réussiront au-delà de vos espérances! Votre charme, votre présence et votre indiscutable style vestimentaire feront tourner bien des têtes.Vous assu...


Elle fut prit d'un spasme, ses yeux se révulsèrent, son aura devint complètement blanche et une voix spectral s' immisça dans l'esprit de Pénélope pour y graver ses mots; 


*Quand la dame (DAME) sera mise en échec (ÉCHEC), la maison méritantes sierra au trône (LE TRÔNE) des quatre vents. 



Nouveau spasme et l'aura brune parsemée de petits tourbillons roses pâles et vert sombres renveloppa la jeune Kindred. Elle manipula mollement les mains de Pénélope et dit comme si de rien n'était; 



...merez bien vos responsabilités en dépit des complications. Vous méritez mieux que de perdre votre temps avec de supposés amis qui ne vous comprennent pas ou qui ne vous respectent pas. Une personne immature vous fera sortir de vos gonds par son attitude désinvolte à votre égard! Pfoua haha! Je n'arrive pas à rester sérieuse désoler j'ai voulu te faire plaisir, mais j'a tourné ça en blague. C'est pas comme ça que ça marche ''sister'', je peux rien déclencher volontairement. Donne moi un ''A'' pour l'effort. Avoue!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Sam 22 Juin - 21:30

Pénélope libéra ses mains doucement, abasourdie par cet aspect particulier de la "lecture" qui semblait échapper à la voyante affirmée assise à ses côtés. Elle afficha pourtant un sourire satisfait et joignit les mains ensemble pour applaudir vivement quelques coups devant son petit minois ébahi et content.

" *Clap! Clap! Clap! Clap!* Oui! Oui! tout-à-fait! Un A, sans conteste, Mademoiselle Yvette! Votre effort mérite bien mon admiration! Vous savez que vous pourriez faire fureur dans les foires nomades avec ce talent? Suffit de travailler un peu la conviction, mais ça passe encore très bien! En effet, vers la fin de la prédiction, j'ai senti le relâchement dans votre jeu d'actrice, mais à peine... sérieusement, je suis ravie que vous m’ayez fait ce petit numéro."

Elle jeta un petit coup d’œil par la fenêtre de la voiture et constata que la destination de son "invitée" était atteinte.

"Oh! Déjà! Comme le temps passe vite en d'aussi agréable compagnie! J'espère que nous aurons l'occasion de nous fréquenter à nouveau, dans des circonstances plus sympathiques!"

La voiture s'immobilisa près de l'endroit qu'avait mentionné Yvette au début du parcours. Pénélope fouilla quelques secondes dans son sac à main et en sortit une carte d'affaire qu'elle tendit à sa nouvelle "amie".

"Si jamais vous passez par là-bas, vous pourrez m'envoyer un texto... on pourrait peut-être sortir s'amuser ou bavarder encore un peu? Encore merci. Vous avez été une perle pour moi, ce soir. Soyez prudente, surtout..."

Pénélope ne voulait pas démontrer qu'une partie des prédictions reçues l'avait troublée plus que de raison. Elle gardait une attitude amicale et enthousiaste.
Jet de dés:
 
Pourtant, elle cogitait déjà ces éléments parvenus à son esprit par la porte arrière. "une dame en échec menant une maison sur le trône? Pourquoi fallait-il toujours qu'une charade idiote vienne  lui gâcher son plaisir?" Quel intérêt d'une prédiction si on ne la saisit qu'après les événements prédits?"

_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Lun 24 Juin - 9:52

Yvette se serai attendue à un revers plus sèche de Pénélope après c'être payer ainsi sa tête. Cette gentillesse était suspecte, mais la voyante blâzzé ne voulai pas creuser d'avantage. Elle sortie de la limousine en lâchant cette dernière remarque qui perturba Pénélope par son double sens.


Ah! Bon! De rien ''sister''... Oh! Tu fera la bise à ton vieux de ma part.  



Et elle disparue dans les ténèbres de Central-Park où elle allait à la rencontre d'un quelconque violeur en série qu'elle avait vue en rêve et qui allait bientôt choisir sa dernière victime.


*******



La chapelle du mémorial de Riverside était d'un clame mortel. Normalement fermée à cette heure, Makhinar avait l’influence nécessaire pour accéder à des lieux bien plus sécurisés ou sacrées s'il le voulai, mais une église restait son lieux de détente par excellence.

La PhantomIV se stationna devant la chapelle et une déesse celte aux cheveux de feu débarqua de celle-ci avec la ferme intention d’extirper quelque réponses claire à ce vieille harpagon sur ce dans quoi on l'embarquait.  



--------------------------------------------------------------------------------


Gekiyaku:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Ven 28 Juin - 18:55

Pénélope descendit de la voiture en demandant au chauffeur de l'attendre un peu plus loin. Elle regarda le véhicule s'éloigner, puis, au moment où il tourna le coin, elle fit face au bâtiment et observa son architecture avec un grand intérêt pendant quelques minutes. Elle se passa des réflexions personnelles sur son appréciation de la structure, des matériaux utilisés... puis décida qu'elle lui semblait presque vulgaire d'austérité et de condescendance. Elle se sortit de ses pensées brutalement, se disant qu'elle avait assez perdu de temps et avança d'un pas rapide vers les portes principales de l'église.

En gravissant les marches, elle choisit de ne pas frapper, puisqu'en principe, les églises devaient être publiques après tout!

Elle mit la main sur le battant d'une des portes et tira sur la seconde d'un grand geste solennel. Les églises lui avaient toujours inspiré le solennel des choses. Elle se souvint soudain de l'un des mariages de sa grand-mère qui avait eu lieu dans une jolie chapelle sur une verte colline. Contrairement à cette église-ci, la chapelle était beaucoup plus modeste et surtout beaucoup plus sympathique. Pourtant, même là, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir toute petite et insignifiante dans cet endroit de calme intense où tout prenait la couleur du cérémoniel et du sacré. Peut-être aussi que ça avait tout à voir avec le sens du spectacle de sa chère grand-maman et son perfectionnisme maladif... Pourtant, aujourd'hui, grand-mère n'y était pas, et cette église ne lui plaisait pas non plus... Mais l'ambiance l'intimidait toujours autant.

_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Mar 2 Juil - 12:49

Chapelle du memorial de Riverside :
 


Auguste entendit quelqu'un pénétrer dans l'église. Il se leva de son siège pour se mettre dans l'allée central. Quand il aperçue Pénélope, il se dit qu'il devait faire vite car cette échange ne faisait pas partie du plan initiale. Pour éviter que ses chefs ne le découvre il avait mit au point un petit stratagème. Sachant pertinemment que le lien de sang qu'ils partageaient ne l'aiderais pas dans cette tâche. 



Miss Ducharme nous tâcherons de faire à la hâte. Je sais qu'un vole vous attend. Passons donc dans la pièce du fond. L'acoustique de la chapelle ne convient pas très bien aux ''mess basse''. 


La démarche de la dame lui indiquait que ces lieux la rendait inconfortable. Normalement, il aurai tirée partie d'une pareille situation, mais l'empathie qui lui était induite envers elle l’empêchait de l'envisager.


Mademoiselle dites-moi donc, qu'avez vous pus conclure des demandes et méthodes de Calebros dans cette affaire?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Mer 17 Juil - 15:18

Pénélope fixait la ghoule d'un regard troublé. Elle ignorait si l'environnement y était pour quelque chose ou si c'était simplement qu'elle se sentait piégée de tous les côtés. Quoi qu'il en soit, elle suivit M. Makhinar dans la pièce du fond avant de répondre à sa question.

- Sa majesté s'est comporté de la manière aussi odieuse que sa réputation le laisse entendre. Il semble inquiet au sujet d'entrées ennemies qui seraient facilitées par des hauts placés sous couverture dans votre cité. Il voulait simplement me mettre en garde et me demander d'être vigilante. Il n'a pas mentionné qu'il mettait en doute la principauté de quelconque manière. Mes conclusions, dans ce cas, sont aussi vagues que les informations que j'ai obtenues. J'aimerais bien savoir à quel jeu on me force à jouer et surtout, quelles en sont les règles. Pour ce qui est de l'offre pour m'établir, je reste intéressée. J'ignore cependant toujours le prix que j'aurai à payer pour en bénéficier. Je ferai étudier les plans par mes employés. Alors, qu'en est-il exactement, monsieur, qu'on puisse continuer dans le sens le mieux indiqué pour chacun?

Elle le fixait toujours, concentrée sur le halo lumineux qui englobe son corps, afin d'être certaine que ses paroles et ses intentions correspondent bien.

jet:
 

_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Sam 20 Juil - 11:49

Le petit bureau au fond de la chapelle avait jadis servit à l'Abbée, mais servait aujourd'hui à finalisé les entente funéraire et bouclé les mariage. Alors qu'il qu'il ajustait le fauteuil le plus confortable pour qu'elle y prenne place derrière le bureau, Pénélope contemplait son halo lavande avec de petites taches rose pâle en mouvement, mais qui tournèrent au rouge quand elle fit mention d'un traître parmi leur rangs. Elle devait admettre que le vieux bonhomme savait cacher et feindre ses émotions car rien dans son langage corporelle ne laissait paraître pareille changement d'humeurs. Il se lança dans une réponse aussi développée que la question, tout en faisant les cent pas devant elle. Agitant son doigt en l'air pour ponctuer chaque phrase.  


Oh mais remettre en question un seule membre de notre cercle c'est  ipso facto  reporté le blâme de ces méfaits sur le ''prince inattentif'' et ce aux yeux du monde entiers. Si ce traître existe, il est impératif que nous réglions tout cela à l'interne. S'il n'existe pas, ils en trouverons un vous verrez! Devrez-vous vous parjurer pour aidez notre cause? Bien sûr, mais sachez au moins que la vie dans notre belle ville ne sera point la situation dangereusement précaire et inconfortablement chancelante dans laquelle Calebros s’octroyait le pouvoir de vous placer. Voilà le prix à payer! Vivez votre vie celons votre entendement et glissez-y une occasionnel omission, voir  fabulations, dans vos rapport aux rois des rats.    


À la fin de son discours, le halo avait tourné au violet, mais les taches en mouvement tournèrent au brun.



----------------------------------------------------------------------------------------------------


Gekiyaku:
 

_________________



Dernière édition par Gekiyaku le Dim 21 Juil - 11:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Sam 20 Juil - 12:32

Pénélope suivait les va-et-viens de Makhinar en l'écoutant attentivement. Elle n'était pourtant pas d'accord avec les conclusions qu'il tirait de la "mission" donnée par Calebros: Soupçonner une intrusion n'accusait pas nécessairement Lodin d'inattention, selon elle. Mais la ghoule semblait s'en convaincre, aidé d'une paranoïa opaque et probablement légitime. C'est pourquoi elle n'allait pas le contrarier en l'obsinant inutilement. Elle décida de se contenter de lui donner ce qu'il espérait sans plus, histoire de voir jusqu'où mènerait cette aventure.

- Si vous le dites...

Je ne crois pas avoir de "rapports" à remplir, toutefois... et puis, si rien ne cloche, il n'y a aucune inquiétude à avoir, n'est-ce pas?

Je voudrais rencontrer Lodin dès mon arrivée à Chicago et sans délai. Je tiens à ce que mon status dans la cité soit clair dès le départ, sinon je ne pourrai vivre selon mon entendement, si vous voyez ce que je veux dire. Vous m'indiquez l'endroit où je dois descendre? Je ferai préparer un appartement sur place selon mon entendement, mais avant, j'aurai besoin d'un hôtel sécurisé, si je peux m'exprimer ainsi... je ne m'attarderai pas bien longtemps ici puisqu'il y a tant à faire encore avant que je sois enfin installée.


Elle se leva et invita le vieux moustachu à la raccompagner à la porte tout en lui prodiguant les quelques dernières instructions qu'elle venait de lui demander.

_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Lun 22 Juil - 10:55

Makhinar s'enivras une dernière fois du parfum de Pénélope, s'haïssant pour les pulsions qu'elle éveillait en lui, mais heureux qu'elle n'ai pas posé d'avantage de question, car dans sa condition il aurait chanté comme un pinson.


Laissez-moi vous mettre au parfum sur les Hôtels Marriott. Que se soit celui de O'Hare ou celui du centre-ville, des commodités accommodant tous vos éventuel besoins, nocturne ou diurne, y sont disponible dans un milieux sécurisé et cela est valable à travers le monde. Nous avons prix le contrôle de Marriott International et de ses filiales en 1993. C'était une question de survie à l'époque. Dans un souci de sauver les apparences, vous passerez par les conduit régulier pour obtenir votre status. Une rencontre en personne avec le prince nécessitera la plus grande discrétion en dehors d'un élysée, mais j'y veillerais personnellement.



Alors qu' elle grimpait  dans sa luxueuse voiture, Auguste lui prodiguât se dernier conseil.


Et ne prenez surtout pas outrage de l'attitude robuste de la demoiselle qui va vous accueillir à l'aéroport. Derrière cette façade austère que nécessite ses fonctions, ce cache une très grande dame qui mérite d'être connue.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Gekiyaku:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Ducharme

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   Lun 29 Juil - 12:46

Pénélope gratifia la ghoule de son plus joli sourire en montant dans la voiture qu'elle avait rappellée avec son portable tout en marchant. Le regard planté dans le sien, elle conclue leur entretien gentiment.

" J'irai à celui du centre-ville, ainsi je serai plus à même de prendre le pouls de la ville. Merci pour vos conseils, je serai plus patiente avec la dame de l'aéroport. J'espère que vous ne m'oublierai pas. Que vous ne m'avez pas dit que je verrais celui qu'il faut en privé seulement pour me faire taire. Je tiens vos paroles pour une promesse. Et je m'attend à ce qu'on tienne les promesses que l'on me fait."

Elle porta sa main doucement vers le visage de Makhinar et lui caressa la joue avec une tendresse rare venant d'une créature de la nuit. Ce faisant elle prononça plus faiblement:

"Ne me décevez pas, je m'en voudrais d'avoir à vous décevoir en retour."


Elle indiqua ensuite au chauffeur de se remettre en route. Sur le chemin de l'aéroport, elle composa le numéro d'Amber qui devait déjà l'attendre sur place avec l'autre voiture. Elle s'adressa à elle sur un ton un peu tendu, enfilant les demandes de façon presque télégraphique.

"Amber. J'ai terminé. J'arrive bientôt. Nous devrons descendre au Mariott du centre-ville de Chicago. Fait ce qu'il faut. Je veux une suite pour accueillir tout le monde au même endroit, le temps de trouver mieux pour nous installer. Assure-toi que tout est dans les règles. Il ne faudra pas perdre de temps, nous arriverons tout près de l'aube, il faudra des précautions très efficaces, n'est-ce pas?"

Elle raccrocha et se pencha sur la lecture offerte par la Ghoule de Chicago qu'elle n'avait pas encore eu le temps de consulter jusqu'à son arrivée à l'aéroport. Elle pinçait les lèvres à l'idée d'attendre 6 mois pour concrétiser les transferts. Il y a de l'eau qui a le temps de couler sous les ponts en 6 mois! Les 3 agences semblaient toutes intéressantes. Elle devra aller visiter les agences et rencontrer les directions respectives, afin d'avoir une meilleure idée de la valeur et du potentiel de chacune.

Lorsqu'elle descendit de la voiture, elle demanda au chauffeur d'aller porter le véhicule aux hangars des cargos en partance pour le prochain vol. Elle joignit Amber qui avait déjà fait embarqué les bagages. Elle regarda les horloges accrochées au mur et ferma les yeux d'inquiétude: 23h43. Le vol prendrait 3 heures. Vraiment très près de l'aube.

"Espérons juste que le vol n'aura pas de retard..."

Elle s'adressait à son assistante, mais se parlait plutôt à elle-même. C'est pourquoi Amber ne répondit rien et mena la marche en silence jusqu'au pont d'embarquement.

_________________
Pénélope Ducharme
fiche

« Puisqu'on dit que le bonheur N'existe pas sur la terre Que l'aile de mes chimères Puisse nous conduire ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 133, W 119th street, new york - loft de Pénélope   

Revenir en haut Aller en bas
 
133, W 119th street, new york - loft de Pénélope
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» benji, york de 14 ans (canisenior)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» bidouille york de 4 mois 1/ 2 (77)
» DIDOU x CANICHE/YORK mâle 1 an au STAM, dpt 13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Mascarade : La 13e Lame :: Mappemonde :: Amérique-Nord-
Sauter vers: