En 1993, un raid Sabbat/Garou sur la ville est venu faucher plusieurs des ''Elders'' de la ville. Nous sommes vingts plus tard et la ville se reconstruit toujours. Il y a logiquement de la place pour tout le monde...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Actions

Aller en bas 
AuteurMessage
Nergal
Admin
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Les Actions    Mar 11 Juin - 14:37

Actions élargies
Parfois, vous avez besoin de plus d'un succès pour accomplir une action. Par exemple, parcourir des coupures de journaux dans une bibliothèque demandera toute une nuit, ou escalader une façade impossible à gravir en un seul tour sera très long. Si vous n'avez besoin que d'un succès pour réussir une action, il s'agit d'une action simple. Mais si vous avez besoin de plusieurs succès pour obtenir ne serait-ce qu'une réussite marginale, il s'agit d'une action élargie. Les actions simples sont les plus courantes, mais vous aurez maintes occasions d'entreprendre une action élargie.
Lors d'une action élargie, vous lancez vos dés tour après tour, en essayant d'accumuler suffisamment de succès pour réussir. Par exemple, votre personnage veut creuser un refuge temporaire dans la forêt avec ses seules mains. Le Conteur vous annonce qu'il faut 15 succès pour creuser une fosse procurant une protection efficace contre le soleil. Vous finirez par réussir, mais plus cela vous prend de temps, plus il y a de risque d'échec critique, et que tout s'effondre. De plus, s'il ne reste que quelques tours avant le lever du soleil, la rapidité d'exécution devient vitale. Le Conteur est seul juge de ce qui est une action élargie et de ce qui ne l'est pas.
Finir une action élargie peut prendre autant de tours que nécessaire (mais les choses étant ce qu'elles sont, vous n'avez pas toujours un tel luxe). Par contre, si vous obtenez un échec critique à un jet, vous devez recommencer à zéro (tous les succès accumulés sont annulés). Selon ce que vous êtes en train de faire, le Conteur peut même estimer qu'il est impossible de recommencer. Vous avez raté, un point c'est tout.
Les actions élargies sont souvent très adaptées pour décrire certaines situations. Cependant, du fait du nombre de lancers de dés demandés, elles doivent être bannies des parties de jeu de rôles intenses.


Actions en résistance
Une difficulté chiffrée n'est pas suffisante pour représenter la lutte entre personnages. Par exemple, vous pouvez vouloir enfoncer une porte pendant qu'un autre personnage, de l'autre côté, fait tout pour la garder fermée. Dans un tel cas, il s'agit d'un jet en résistance : chaque personnage fait un jet contre une difficulté souvent déterminée par une caractéristique de l'adversaire, et celui qui obtient le plus de succès l'emporte.
Vous ne conservez que les succès qui dépassent le total de ceux de votre adversaire. En d'autres termes, les succès de l'adversaire annulent les vôtres, tout comme les "1". Si vous obtenez quatre succès et votre adversaire trois, il ne vous en reste qu'un : une réussite marginale. De ce fait, il est difficile d'obtenir un succès éclatant face à une résistance. Même si votre adversaire ne peut vous battre, il peut toujours limiter le résultat de vos efforts.
Certaines actions (combat de lutte, débat, poursuite en voiture) peuvent être à la fois élargies et en résistance. Dans ce cas, l'un ou les deux adversaires doivent accumuler un certain nombre de succès pour réussir. Chaque tour, les succès dépassant le total de l'adversaire sont accumulés. Le premier à atteindre le total prédéfini l'emporte.


Travail d'équipe
Vous n'êtes pas toujours seul. Si la situation le permet (en général pour une action élargie comme compléter un arbre généalogique ou déchiffrer une inscription en araméen), les personnages peuvent travailler ensemble pour accumuler les succès. Si le Conteur estime que le travail d'équipe est possible pour la tâche en question, deux personnages ou plus peuvent lancer leurs dés et additionner les succès. Ils ne peuvent cependant pas additionner leurs caractéristiques en un seul groupement de dés.
Le travail d'équipe peut s'avérer très efficace dans certains situations (filer un chasseur, réparer un appareil ou faire des recherches dans une bibliothèque par exemple). Il est des cas où au contraire il constitue plutôt un inconvénient (tenter de séduire ou de convaincre quelqu'un en s'y mettant à plusieurs conduit à la confusion générale), et l'échec critique d'un seul réduit à néant les efforts de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la13elame.brulant.net
Nergal
Admin
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Actions Multiples   Mar 11 Juin - 14:39

Si la personnalité de votre personnage n'est limitée que par votre imagination, ses capacités sont définies par ses caractéristiques, ses aptitudes innées ou apprises. Chaque caractéristique est décrite par un score de 1 à 5 ; un 1 est à peine compétent, un 5 est le sommet des capacités humaines. La plupart des gens ont des caractéristiques allant de 1 à 3. 4 indique une personne exceptionnelle, et 5 quelqu'un d'incomparable, parmi les humains. Pensez aux étoiles des critiques gastronomiques. Il est également possible d'avoir un zéro dans une caractéristique. Ceci représente en général une compétence jamais apprise, mais il existe certaines exceptions (comme l'absence d'apparence pour les monstrueux Nosferatus).

0 = Abyssal
= Faible
•• = Moyen
••• = Bon
•••• = Exceptionnel
••••• = Extraordinaire

Lorsque vous lancez les dés, vous en lancez un par point dans la caractéristiques appropriée. par exemple, si votre personnage veut trouver quelque chose et qu'il a trois points en Perception, vous lancez trois dés. Toutefois, vous ne lancez quasiment jamais le nombre de dés d'un attribut seul : le potentiel brut est modifié par la compétence. Les jets les plus fréquents additionnent les dés d'un attribut à ceux d'une capacité.

Par exemple, si Veronica tente de trouver un dossier précis dans le bureau en désordre d'un comptable, le Conteur peut demander à la joueuse de faire un jet de Perception + Finances : un attribut plus une capacité. Dans ce cas, le joueur lance deux dés pour la perception de 2 de Veronica, plus quatre dés supplémentaires pour sa capacité de finances à 4. Veronica a donc six dés pour réussir son action. L'ensemble de ces dés est appelé groupement de dés, c'est-à-dire le nombre de dés que vous lancez dans un tour. La plupart du temps, vous ne calculez votre groupement de dés que pour une seule actions à la fois, mais vous pouvez le modifier de façon à pouvoir entreprendre des multiples actions dans un même tour (voir l'encadré "Actions multiples").
Bien sûr, vous pouvez ne pas additionner un attribut et une capacité pour certaines actions. par exemple, il n'y a aucune compétence qui aidera Veronica à soulever un petit coffre-fort. Dans un tel cas, le joueur utilisera uniquement les dés d'un attribut, ici la force.
Dans aucune circonstance plus de deux caractéristiques ne peuvent être additionnées. De plus, si votre groupement de dés compote une caractéristique dont le score maximal est 10 (comme l'Humanité ou la volonté), vous ne pouvez y ajouter une autre caractéristique. Il est impossible pour un être humain d'avoir plus de 10 dés dans son groupement de dés.
Les anciens vampires, par contre...

Actions Multiples
Quelquefois, un joueur voudra que son personnage effectue plus d'une action dans un tour, par exemple tirer sur deux cibles différentes ou grimper à une échelle tout en donnant des coups de pied à un poursuivant. Dans une telle situation, le joueur peut tenter ses actions normalement, mais chacune subie une pénalité.
Le joueur déclare le nombre total d'actions qu'il veut entreprendre. Il enlève alors du groupement de dés de sa première action autant de dés qu'il tente d'action. Les actions suivantes perdent un dé supplémentaire, cumulatif. Si un groupement est réduit à zéro dé ou moins, l'action ne peut être tentée.
Exemple : Justin veut que son personnage, Hall le Nosferatu, frappe tout en esquivant deux coups qui lui sont destinés. Hall a Dextérité 3, Bagarre 4 et Esquive 3. Justin calcule le groupement de dés pour frapper (Dextérité 3 + Bagarre 4 = 7 dés), puis y soustrait 3 dés (puisqu'il y a un total de trois actions), pour un groupement de dés final de 4. La première esquive a un groupement de dés de base de 6 (Dextérité 3 + Esquive 3), moins 4 (trois pour le nombre d'actions, plus un pour la seconde des actions multiples), pour un groupement final de 2. La dernière esquive a un groupement de dé de 1 (6, moins trois pour les 3 actions, moins deux pour la troisième action multiple). Hall doit à présent compter sur sa chance.
Les vampires possédant la discipline de Célérité peuvent faire des actions multiples sans soustraire de dés à leurs groupements. Ces actions supplémentaires ne peuvent pas être à leur tour divisées en actions multiples.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la13elame.brulant.net
Nergal
Admin
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Jets de dés   Mar 11 Juin - 14:43

Jets de dés


Lancer des dés n'a aucun intérêt si vous ne connaissez pas le résultat à obtenir. Chaque fois que vous tentez une action, le Conteur décide d'une difficulté appropriée, et vous rend sa décision. Une difficulté est toujours un nombre entre 2 et 10. Chaque fois qu'un dé donne un résultat égal ou supérieur à ce nombre, vous obtenez un succès. Par exemple, si la difficulté d'une action est de 6, et que vous obtenez à votre jet 3, 3, 8, 7 et 10, vous avez trois succès. Plus vous en avez, mieux vous réalisez l'action. Vous n'avez besoin que d'un succès pour réussir la plupart des actions, mais il s'agit d'une succès marginal. Si vous en obtenez trois ou plus, le succès est complet.
Naturellement, plus la difficulté est basse, plus il est facile d'obtenir un succès aux dés, et inversement. La difficulté de base - par défaut - est de 6, ce qui indique une action ni exceptionnellement ardue ni très facile pour autant. Si le Conteur ou la règle vous demande de faire un jet sans donner une difficulté particulière, considérez-la comme égale à 6.
C'est le Conteur et lui seul qui décide de la difficulté d'une action. Si elle lui semble impossible, il décidera d'un chiffre suffisamment élevé, s'il s'agit d'une action de routine, la difficulté sera basse (s'il estime qu'un jet de dés est nécessaire). Des tâches exceptionnellement faciles ou difficiles auront des difficultés de 2 ou 10 respectivement ; mais cela doit rester très rare. Une action avec une difficulté de 2 est tellement facile que cela ne vaut pas la peine de lancer des dés, tandis qu'une action de difficulté 10 est quasiment impossible : vous avez autant de chance d'obtenir un échec critique que de réussir, quelque que soit le nombre de dés.
Et, s'il était besoin de le préciser, un résultat de 10 est toujours un succès, quelle que soit la difficulté.

Les tableaux suivants vous donnent une idée de la manière de combiner difficulté et degré de succès. La moyenne est indiquée en italique.
NIVEAUX DE DIFFICULTÉ
Trois = Facile (installer un logiciel sur un Macintosh)
Quatre = Routinier (changer une roue)
Cinq = Simple (séduire quelqu'un qui est déjà "dans l'ambiance")
Six = Moyen (tirer avec une arme à feu)
Sept = Défi (remplacer l'installation hi-fi d'une voiture)
Huit = Difficile (remonter un moteur)
Neuf = Extrêmement difficile (réparer un moteur sans les pièces)


DEGRÉS DE RÉUSSITE
Un succès = Marginale (faire tourner le réfrigérateur jusqu'à l'arrive du réparateur)
Deux succès = Modérée (fabriquer un objet moche mais fonctionnel)
Trois succès = Complète (réparer quelque chose qui devient comme neuf)
Quatre succès = Exceptionnelle (améliorer les performances de votre voiture en la réparant)
Cinq succès = Phénoménale (créer un véritable chef-d’œuvre)

L'échec
Si vous n'obtenez aucun succès à un jet de dés, votre personnage rate sa tentative d'action. Il manque sa cible. Il pointe au lieu de tirer. Ses arguments tombent à plat. L'échec, s'il est habituellement ennuyeux, n'est pas aussi catastrophique que l'échec critique.

L'échec critique

Le manque de chance peut tout ruiner. Une règle de base pour les lancers de dés est "la règle du un", ou [roulement de tambour] "l'échec critique". Lorsqu'un dé donne pour résultat un "1", il annule un succès. Complètement. Prenez les dés affichant "1" et placez-les côte à côte avec les dés donnant un succès. De cette façon, une action qui aurait dû réussir peut finalement échouer.
Quelquefois, la malchance s'en mêle vraiment. Si un lancer de dés n'affiche aucun succès et qu'il y a un ou plusieurs "1", c'est l'échec critique. En d'autres termes, si aucun de vos dés n'est un succès, et que certains (quel que soit le nombre) donnent "1", le jet est un échec critique. Si vous obtenez au moins un succès, même s'il est annulé et qu'il reste des "1" supplémentaires, c'est un échec simple.

Un échec critique est pire qu'un échec simple, c'est le malheur assuré. Par exemple, si vous obtenez un échec critique, lorsque vous tentez de descende un chasseur de sorcière, votre arme s'enraye. Un échec critique à un jet d'informatique pendant le piratage d'un système, et les autorités sont sans doute alertées. A un jet de furtivité, vous marchez sur la tristement célèbre branche morte. Le Conteur décide de ce qui va mal : un échec critique peut produire un désagrément mineur ou conduire à la catastrophe.
Bien sûr, certains Conteurs peuvent estimer que les échecs critiques sont un peu trop fréquents dans leurs chroniques (les lois de la probabilité ne s'appliquent que partiellement aux dés, n'importe quel joueur de jeu de rôles vétéran vous le confirmera). Dans ce cas, le Conteur peut donner à tous - aux joueurs comme aux personnages du Conteur - un échec critique "blanc". C'est-à-dire que le premier échec critique de la partie ne compte pas. Cette règle rend la non-vie un peu plus facile pour les joueurs, mais il y a moins de chances que leurs ennemis subissent également un coup du sort...

Les succès automatiques
Lancer des dés peut devenir ennuyeux, surtout pour une action que votre personnage pourrait faire les yeux fermés. Et tout ce qui augmente le rythme du jeu et réduit les occasions de distraction est une bonne chose. Donc, nous proposons un système simple de succès automatique, qui vous permet de ne pas lancer de dés pour des actions vraiment faciles pour votre personnage.
Tout simplement, si le nombre de dés de votre groupement est égal ou supérieur à la difficulté, votre personnage réussit automatiquement. Aucun jet n'est nécessaire. Attention, cela ne fonctionne pas pour toutes les actions, et jamais en combat ou autre situation tendue. De plus, ce succès automatique est marginal, comme si vous n'aviez obtenu qu'un seul succès au jet. Si la qualité de la réussite est importante, vous pouvez lancer les dés pour tenter d'obtenir plus de succès. Mais pour les actions simples et souvent répétées, ce système tourne parfaitement.
Il y a une autre façon d'obtenir un succès automatique à un jet : dépenser un point de volonté. Vous ne pouvez le faire qu'une fois par tour, mais cela peut être très utile si vous devez absolument réussir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la13elame.brulant.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Actions    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Actions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» II,2. scores - réactions des personnages
» Aide de Jeu FR - Déroulement des Phases et créneaux d'Actions
» II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages
» Actions de la commission d'enquete senatoriale
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Mascarade : La 13e Lame :: Hors-Jeu :: Règles et références :: Règles du jeu-
Sauter vers: