En 1993, un raid Sabbat/Garou sur la ville est venu faucher plusieurs des ''Elders'' de la ville. Nous sommes vingts plus tard et la ville se reconstruit toujours. Il y a logiquement de la place pour tout le monde...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 South Deering / Lac Calumet (Sophie Vivier)

Aller en bas 
AuteurMessage
Mnémonia
Admin
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: South Deering / Lac Calumet (Sophie Vivier)   Mar 11 Juin - 3:33

Gekiyaku
Ven 8 Mar - 9:28


Les explorateurs français Jacques Marquette et Louis Jolliet arpentèrent la région des Grands Lacs et naviguèrent sur le fleuve Mississippi en 1673. Ils firent connaissance avec les Amérindiens de la Nation des Illinois qui leur présentèrent une longue pipe que les Français nommèrent calumet. Ils nommèrent ce lac et son émissaire Calumet à cette occasion.


Avec le développement et l'urbanisation de la ville de Chicago, le lac se retrouva dans ce qui est aujourd'hui le quartier de South Deering.
Le lac Calumet fut en partie comblé pour permettre le passage des voies ferrées et des autoroutes. Des entreprises et des industries polluantes se sont installées sur ses berges et la zone humide, qui l'entourait, par assèchement et remblayages du terrain. Ces comblements et remblayages furent en grande partie effectués avec des déchets industriels et chimiques. Aujourd'hui, le lac Calumet tout comme la rivière Calumet sont inscrits parmi les zones américaines fortement polluées.

_________________



Gekiyaku
Ven 8 Mar - 17:56

Journal de bord du capitaine du Windbreaker; 2012:05:03

J’entame ma 42e traversé transatlantique avec mon fidèle cargo. Cette fois-ci mon escale finale sera Chicago Illinois, dut à un généreux mécène qui à préféré faire appel à un vieux loup de mers pour le transport d'oeuvres d'arts de valeurs pour le musée d'histoire naturelle. Le tout accompagné par une conservatrice pour assurer l'intégrité de celle-ci. Elle consistera à huit jours en mers puis trois autres pour le fleuve St-Laurent et les grands lacs. Une traversée somme toutes tranquille en perspective.



Journal de bord du premier officier du Windbreaker; 2012:05:03

J'ai accepté ce poste que mon père m'a obtenue sachant bien que nous aurions des moyens douteux d'arrondir nos fins de mois, mais ce que le capitaine trafique avec ces ''amateurs d'art'' m'inquiète. En plus de, soi-disant, transporter une oeuvre d'art pour un musée quelconque, il y a une jeune femme qui embarque avec ce colis dont que je n'ai vue, n'y d’Ève, n'y d'Adam . Je dit femme, plutôt une fille. Peut importe ce que l'on me dira, elle est beaucoup trop jeune pour être une experte en quoi que ce soit. Les hommes d'équipages et moi-même avons reçue l'ordre de ne déranger notre passagère V.I.P. sous aucuns prétextes.



...

Journal de bord du capitaine; 2012:05:11

La côte est enfin en vue la traverser c'est déroulé sans ennuies. À l'exception de notre passagère qui est allée fouiller dans des endroits où les petites choses fragiles ne devrait pas aller trainer. J'ai eu une discussion sévère, bien que tardive, avec la jeune femme et elle a promit de ne plus recommencer. Outre mesure, certains membres de l'équipage semble légèrement irrités pas sa présence, mais j'attribue cela aux superstitions méditerranéennes qui proscrit la présence de femmes sur un navire. Pour moi ce ne sont que des fadaises qui ne mérites guère mon attention. Nous pénétrons dans le golf su St-Laurent et mes hommes pourrons prendre du temps de repos bien mérites




Journal de bord du premier officier; 2012:05:11

L'équipage me presse d'intervenir au prêt du capitaine, mais celui-ci fait la sourde d'oreille. Cette, à défaut d'un meilleur qualificatif, ''jeune fille'' est allée mettre son nez partout sur le navire. La sale des machines, les cuisines et l'infirmerie, ça aurait put être dans la limite du tolérable. Mais on me rapporte aussi qu'elle aurait fouillée dans les affaires personnelle de l'équipage, en plus de ne rôder sur le pont qu'à la nuit tomber, alors que les effectifs sont réduits. Les plus superstitieux d'entre nous ont évoqués la possibilité que cette Sophie, si c'est bien son nom, serait un spectre. Moi, je soupçonne qu'elle est l'esclave d'un excentrique pervers qui ne peut se permettre de lui faire passer un poste de douane, mais je dois admettre qu'il y a quelque chose de sinistres à son sujet que je ne suis pas sûr de vouloir découvrir.



...

Journal de bord du capitaine; 2012:05:14

Nous arrivons enfin à destination. Je regrette par contre que quelques-uns de mes plus anciens membres d'équipage m'aient donnés leurs démissions et ce sans pré-avis. La plupart prétextant des ennuies de santé, mais je crois que certain cherchait surtout à éviter de se retrouver sur le territoire Américains pour des raisons qui ne concernent qu'eux seules. Je me dis dans le fond que cette petite croisière au coeurs m'aura servi à séparer le bon grain de l'ivraie. Mes profits annuelles s'en verront tout de même diminuer par les primes de départs que j'ai dû leur versée. Le secteur ne manque pas d'aspirants marin et nous comblerons les postes vacants avant de reprendre l'océan, j'en suis certain.




Journal de bord du premier officier: 2012:05:14

Je ne sais pas ce qui se trame à bord, ni ce qui cloche vraiment avec notre passagère. D'abord, il parait que des membres de l'équipage auraient été surpris à fricoté avec elle, mais personne ne s'est promptement identifié comme étant l'un des ''chanceux''. Je crains que cela n'ait une fâcheuse concordance avec les sept hommes qui ont démissionné et quittés le Windbreaker au port de Québec. Et ce sans autres explications que la ''lassitude du métier'' ou d'hypothétiques problèmes de santé. Là-dessus, je dois interroger le cuistot, à savoir s'il n'aurait coupé nos repas avec je ne sais trop quoi pour arriver dans son budget. Le médecin de bord me signale qu'il y a plusieurs de nos matelots qui soufrent d'anémie à différents niveaux, se qui pourraient être dût à une mauvaise alimentation. Je me surprends à souhaiter que ces désagréments serons terminés une fois que la jeunes étrangère sera partie. Une majeurs partie de moi se refuse à entreprendre ce que les légendes de ma grand-mère corse me dicteraient en pareille situation. Espérons que ce genre de livraisons au noir ne serons pas chose communes dans l'avenir, car je commence à sérieusement reconsidérer mon choix de carrière.



...

À la Calumet Container Corporation, au quai de chargement, Sophie Vivier descendait de la passerelle du Windbreaker. N'ayant que ses maigres possessions matérielles pour l'accompagner, elle considérait la succession de terrains industriel sombres, inquiétants et déserts qui la séparait des quartiers plus résidentiels de la ville. Elle n'avait que deux pistes, celles remises par son sir, pour se débrouiller en ville. La première était le 345 east superior street. C'était l'Institue de Rehabilitation de Chicago, juste au nord du Loop et d'apprêt ce qu'on lui avait dit c'était le repère du clan Malkavian à Chicago. La deuxième référence n'indiquait qu'un endroit et un nom, mais pas d'adresse, cette fois-ci. C'était de la piste du fameux journal de cette ''vielle connaissance'' de son sir Cornelius. Un petit bout de papier qui datait des années 30. C'était un pamphlet qui annonçait la fin de la prohibition et la réouverture en grandes pompes de ''LA CAVE''. Écrit à la main, en travers du menue sommaire, on pouvait lire;
Spoiler:
 




-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Gekiyaku: Maintenant de ton point de vue!


Voilà le défit! Pour chaque (...) tu m'écrit un bout de la vie de Sophie à bord, pas besoin que ce soit long juste inspiré de ce que j'ai écrie, mais les vrais évènement peuvent s'être déroulés pretty mutch comme tu veut.

Au plaisir!

_________________




Sophie Vivier
Hier à 17:49


Journal Sophie Vivier

Je suis sur un bateau. C'est la première fois que je suis sur un bateau. Ça va être excitant cette traversée. Il faut vraiment que j'en vois chaque recoin. On sait jamais...

Avant tout, je dois m'assurer du bien-être de la cargaison. Ce serait un crime si c'était abimé en mer. Déjà que l'humidité... Mais bon. Tout devrait bien aller. À condition bien sûr que l'équipage ne vienne pas y foutre son nez. Mais, non, je suis certaine qu'ils vont être très gentils avec moi.

Déjà une journée en mer. J'ai hâte d'aller sur le pont.

..........

De l'extérieur, on n'y croirait pas, mais c'est IMMENSE un bateau. Il y a plus de pièces que dans une maison.

La traversée avait bien commencée et comme je le pensais, on a été très gentil avec moi. Mais on m'a bernée. Un matelot a profité de mon apparence frêle pour me dérober un médaillon qui m'était très cher. J'ai horreur qu'on juge sur les apparences. J'ai senti sa présence dans ma chambre. J'ai posé les mains sur mes tiroirs et c'est comme si je voyais le matelot l'ouvrir.

NON MAIS!!!

Ça m'a pris des jours mais j'ai fouillé ce bateau de fond en comble. Je suis allé dans les quartiers de ce voleur et j'ai récupéré mon bien. Ce macho puant m'a même prise sur le fait. Quand même. Ça m'a fait du bien d'avoir une longue discussion avec lui.

Le Capitaine m'a grondé pour être allée dans les quartiers privés. Je l'aime bien le capitaine. Il est gentil. Je lui ai fait la moue et promis que le ne ferais plus. Ils aiment ça les hommes.

.......

Bon. Décidément. Les marins ne sont pas gentils du tout. Ils songent qu'à vous mettre des doigts. Non mais c'est vrai. Je les invite dans ma cabine pour discuter archéologie et ils pensent que c'est pour une mise en scène porno. Oh ils l'ont eu leur extase, même si l'arôme de poisson empeste jusque dans l'hémoglobine, mais je les ai virés vite fait.

Finalement l'aventure me tape un peu. J'ai hâte de toucher terre et de voir des gens civilisés.

Moi! Une actrice porno! On me l'avait jamais faite celle-là!

.......

L'Amérique. C'est grand. C'est gros. C'est gris. C'est terne. Je vois pas ce qu'ils y trouvent à l'Amérique. La France est 100 fois meilleure.

Bon. Respectons les règles d'usage et à Rome, faisons comme les romains. Il me faut un taxi pour le 345 east superior street et un miroir. Mes cheveux doivent être dans un état.

_________________
Sophie Vivier, dr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gekiyaku

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 11/06/2013

MessageSujet: Re: South Deering / Lac Calumet (Sophie Vivier)   Jeu 20 Juin - 15:05


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
South Deering / Lac Calumet (Sophie Vivier)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» South parkisez vous!!!
» Parce ce que ça le prends des fois: Les malheurs de Sophie
» Les relations de Sophie Atlan
» Sophie Carrel [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Mascarade : La 13e Lame :: Nexus :: Chicago :: Quartier Sud-
Sauter vers: